TROUVEZ VOTRE CHAINE GUIDE EN 2 CLICS !

Les différentes normes pour les gants de protection

L’activité de bûcheronnage implique plusieurs types de risques, parmi lesquels : les conditions météorologiques,  les projections d’éléments organiques (bois, épines…) et les risques mécaniques (coupures liées à la chaîne de tronçonneuse). Le port de gants s’avère donc essentiel, d’autant qu’il permet de réduire l’impact des vibrations liées à la machine. En effet, les vibrations récurrentes entraînent des troubles de la circulation sanguine qui affectent les mains et partiellement les bras (maladie de Raynaud).

SOMMAIRE

Norme EN 381-7 pour les gants anti-coupures

Les gants de protection anti coupures se composent d’une paume antivibratoire et de renforts anti-coupures présents sur le dessus du gant pour une protection maximale de la main et des doigts.

Ces protections ne concernent la plupart du temps que le gant gauche. Il s’avère, en effet, que la main gauche est la plus sollicitée lors de l’utilisation de la tronçonneuse. De plus, la main gauche est celle qui tient la poignée de la machine, elle est donc plus susceptible d’entrer en contact avec la chaîne. Enfin, pour assurer l’agilité du bûcheron et sa capacité à doser l’accélérateur, le gant de la main droite ne dispose pas de ces protections. Cependant, certains modèles de gants anti-coupures proposent ces protections sur les deux gants.

Gants de tronçonneuse en cuir

Les différents types de gants anti-coupures :

  • Gants de protection anti-coupures EN 381-7 Type A

Ce type de gants ne protège que les métacarpes (phalanges qui constituent le dos et la paume de la main).

Gants anti-coupure renforcés EN 381-7 et EN 388

  • Gants de protection anti-coupures EN 381-7 Type B

Ce type de gants protège les métacarpes et la totalité des phalanges des doigts à l’exception du pouce.

Le gant anti-coupure ne garantit pas une protection complète face à la chaîne de tronçonneuse mais il peut ralentir sa vitesse quand elle arrive sur votre main. C'est pourquoi, il s'agit d'une protection obligatoire pour les élagueurs et les bûcherons. Mais, une fois que les gants de protection ont effectué leur mission, il est impératif de changer de paire de gants car il est impossible de les réparer.

NOUS NE PROPOSONS PAS A LA VENTE DES GANTS DE PROTECTION DE TYPE B

Norme EN 388 pour la résistance mécanique des gants de protection

L’utilisation de machines n’est pas sans risques, c’est pourquoi la norme EN 388 a été définie afin de garantir la résistance des gants face à des agressions physiques mécaniques. Des tests ont été mis au point pour évaluer le degré de protection des gants, les niveaux établis suite à ces tests apparaissent dans la suite de chiffres qui complète la norme. Les niveaux de résistance sont classés comme suit :

  • Résistance à l’abrasion de 0 à 4.
  • Résistance à la coupure de 0 à 5.
  • Résistance à la perforation de 0 à 4.
  • Résistance à la déchirure de 0 à 4.

Le produit est considéré comme conforme à la norme à partir du niveau 1. Si un niveau indique le symbole X, cela signifie que le test n’a pu être réalisé sur le produit.

Conformément aux recommandations, tous nos gants font figurer le pictogramme de la norme et les valeurs des tests.

Gants de protection anti-chocs EN 388

Norme EN 420, la norme de base pour les gants de protection

Cette norme désigne les exigences générales qui s’appliquent aux gants de protection. Elle comprend :

  • L’ergonomie. Le gant doit être suffisamment souple pour ne pas empêcher le bon maniement d’outils.
  • La constitution du gant. Si un matériau potentiellement allergène est présent, il doit être indiqué.
  • La résistance du gant notamment à l’eau.
  • L’innocuité. Le gant doit être sans risque pour l’utilisateur, son pH doit être neutre.
  • Le confort
  • L’efficacité
  • Le marquage du produit et l’indication du fabricant.
  • Le respect des tailles européennes définies par la norme.

Cette norme est le minimum requis pour les gants de protection, elle est complétée par d’autres normes plus spécifiques relatives à l’usage du gant.

 Gant de protection EN 407

Norme EN 407 contre la chaleur et le feu

La norme EN 407 est obligatoire pour les gants de protection thermique. En dessous du pictogramme représentant un feu se placent 6 chiffres correspondant à 6 niveaux de performances (de 0 à 4) correspondants à des tests de sécurité précis :

  • résistance à l'inflammabilité
  • résistance à la chaleur de contact
  • résistance à la chaleur de convection
  • résistance à la chaleur rayonnante
  • résistance face à de petites projections de métal en fusion
  • résistance face à d'importantes projections de métal en fusion
Gant de protection contre le froid Norme EN 511

 

Norme EN 511 contre le froid

La norme EN 511 est obligatoire pour les gants de protection thermique qui seront en contact avec des éléments froids (comme des produits surgelés par exemple). Ces gants se doivent d'être résistant au froid de convection mais aussi au froid de contact jusqu'à -50°C au minimum. Le niveau de résistance se note de 0 à 4. Un autre élément doit être pris en compte : la perméabilité à l'eau qui se note de 0 à 1, 0 signifiant que l'eau pénètre le gant au bout de 30 minutes et 1 que le gant est imperméable à l'eau.

Gant de protection antistatique

Norme EN 1149 contre les charges électrostatiques

Les gants peuvent aussi porter la norme EN 1149 qui régit les exigences relatives aux vêtements de protection face à une charge électrostatique. Ainsi, si un gant (ou tout autre vêtement) de protection porte cette norme, il garantit la protection de l'utilisateur face aux charges électristatiques qui peuvent engendrer des incendies ou des explosions via la création d'étincelles. Cependant, ces vêtements de protection ne garantissent pas une protection efficace de l'utilisateur dans un environnement riche en oxygène.

 Gants de protection chimique EN 374

Norme EN 374 contre le risque chimique

La norme EN 374 se décline en plusieurs parties, la première EN 374-1 servant à définir la terminologie et les performances requises par les gants de protection chimiques. La norme EN 374-2 entre dans le concret en déterminant le niveau de performance nécessaires aux gants de protection face à la pénétration d'un produit chimique et/ou d'un micro-organisme. Cette pénétration peut se faire à travers des matériaux poreux, les coutures du gant ou encore à travers les micro-perforations présentes sur le gant. Le test de perméabilité effectué doit montrer que le gant ne fuit pas au contact de l'air ou de l'eau.

Il existe trois niveaux de performance :

  • niveau 1 avec un niveau de qualité acceptable inférieur à 4,00 et un niveau de contrôle S4,
  • niveau 2 avec un niveau de qualité acceptable inférieur à 1,5 et un niveau de contrôle G1,
  • niveau 3 avec un niveau de qualité acceptable inférieur à 0,65 et un niveau de contrôle G1.

Le pictogramme "Micro-organisme" doit être utilisé lorsque des gants de protection ont obtenu le niveau 2 au minimum au test de pénétration.

La norme EN 374-3 précise le niveau de performance à la perméation du gant de protection face aux produits chimiques en cas de contact continu. Ce niveau de performance à la perméation est exprimé en "temps de passage", c'est-à-dire le temps que prend le produit chimique pour passer au travers du gant. Cela montre l'étendue de l'étanchéité du gant de protection. Il existe six niveau de performance appelés "classes de protection" :

  • classe 1 : le temps de passage n'excède pas 10 minutes
  • classe 2 : le temps de passage est inférieur à 30 minutes
  • classe 3 : le temps de passage est inférieur à 60 minutes
  • classe 4 : le temps de passage est inférieur à 120 minutes
  • classe 5 : le temps de passage est inférieur à 240 minutes
  • classe 6 : le temps de passage n'excède pas 480 minutes

Le pictogramme doit être accompagné de trois chiffres précisant que les gants ont résisté au moins 30 minutes face à trois produits chimiques différents (faisant partie d'une liste prédéfinie de 12 produits chimiques).

Lettre d’identification

Substance chimique

Numéro CAS

Type

A

Méthanol

67-56-1

Alcool primaire

B

Acétone

67-64-1

Cétone

C

Acétonitrile

75-05-8

Composé nitrile

D

Méthane dichlorique

75-09-2

Paraffine chlorée

E

Sulfure de carbone

75-15-0

Sulfure contenant un composé organique

F

Toluène

108-88-3

Hydrocarbure aromatique

G

Diethylamine

109-89-7

Composé éthérique hétérocyclique

H

Tétrahydrofurane

109-99-9

Composé éthérique hétérocyclique

I

Acétate d’éthyle

141-78-6

Ester

J

n-Heptane

142-82-5

Hydrocarbure saturé

K

Soude caustique 40%

1310-73-2

Base inorganique

L

Acide sulfurique 96%

7664-93-9

Acide minéral inorganique

 

Retour à la liste des normes européennes pour les vêtements de protection